Le marché du travail est encore loin d'offrir l'égalité des chances entre hommes et femmes, et il n'en va pas de même dans l'industrie musicale. Selon les données recueillies dans l'enquête «Les femmes dans l'industrie musicale au Brésil: opportunités, obstacles et perspectives», menée par Data SIM (International Music Week), qui a entendu 1 450 femmes de tout le pays, 84% de femmes brésiliennes liées au secteur de la musique ont été victimes de discrimination en milieu de travail. 63% indiquent qu'ils ont été affectés d'une manière ou d'une autre par des préjugés sexistes et qu'environ 21% des professionnels qui ont répondu à l'enquête ne se sentent pas à l'aise au travail en raison de leur sexe.

Ces chiffres mettent en garde contre une réalité qui doit être transformée et qui, grâce aux diverses initiatives des femmes du monde entier, a commencé à évoluer vers un changement positif et essentiel. L'une de ces initiatives est le projet intitulé «Siège de Mina”, Créé par le DJ et producteur culturel Vivian Marques, un vétéran de São Paulo des tourne-disques. Le projet collectif est né d'un cycle d'ateliers d'initiation à l'univers du disco, dispensé par Vivian, exclusivement pour les femmes.

«Quand j'ai donné le cours aux différentes classes d'étudiants et vécu le quotidien avec eux, en écoutant les difficultés et les obstacles que chacun a rencontrés, j'ai vu que c'était aussi des problèmes que j'ai dû affronter, même après 14 ans sur le marché de la musique» , rapporte Vivian. «C'est à ce moment-là qu'un déclic, un claquement m'est venu, et j'ai pensé: c'est le moment d'unir mes forces avec mes élèves et, ensemble, d'élargir les espaces d'action.»

Rencontre de générations de DJ femmes

L'idée du projet s'articule autour de la représentation des femmes et des échanges intergénérationnels, avec l'échange d'expériences et de connaissances. «Le QG est un collectif féminin qui vise à promouvoir des rencontres saines entre femmes de différentes générations, en plus de mettre en avant la pertinence féminine au sein de la Culture du DJ», souligne Vivian Marques.

Avec 20 membres de nos jours, allant des DJs nouvellement formés aux discothèques avec une vaste expérience sur les pistes, le siège de Mina cherche non seulement la connexion entre les événements, les maisons et les professionnels, mais travaille également à l'autonomisation des femmes. «En plus du DJing, nous proposons également des ateliers et des ateliers techniques, avec une pratique dans différentes configurations de DJing. Nous voulons voir des femmes de plus en plus préparées et prêtes à prendre leur place dans la société et dans le segment musical », conclut la créatrice.

Apprenez à connaître le projet et suivez l'agenda sur Instagram: @qgdasminadjs

fr_FRFR
pt_BRPT_BR en_USEN es_ESES it_ITIT de_DEDE pl_PLPL hi_INHI nl_NLNL fr_FRFR